Tout ce qu’il y a à savoir sur l’histoire des piscines

Qui ne rêve pas de se prélasser au bord de sa piscine lorsqu’il fait chaud pour se rafraichir et faire bronzette. Cette image semble un peu clichée, mais beaucoup en rêvent encore actuellement et la piscine est une activité que bon nombre de personnes recherchent à faire. L’utilisation d’un bassin artificiel pour se baigner remonte à bien plus longtemps que le monde l’imagine. Alors, à travers ce dossier, c’est parti pour un retour en arrière et un suivi des différentes évolutions de la piscine.

Généralités

Par définition, une piscine est un bassin artificiel, étanche, rempli d’eau et dont les dimensions permettent à un être humain de s’y plonger, au moins partiellement. Il existe différents types de piscines dont les caractéristiques varient en fonction de leurs destinations (piscine privée, piscine privée à usage collectif, piscine publique) et de leur utilisation (piscine familiale, piscine de loisir, piscine thérapeutique, piscine d’entrainement sportif, piscine de plongée aussi appelée « fosse à plongée »…). Cette définition montre que la piscine est bien l’œuvre de l’homme, créée pour pallier à ses envies d’évoluer dans un univers aquatique propre, et en principe, sans danger. Les hommes ne sont pas des poissons, mais ils apprennent cependant à nager et les piscines deviennent les compagnons idéaux pour ce besoin.

L’eau est depuis toujours un élément vital pour l’homme qui s’en alimente en la buvant (il y a par ailleurs 70% d’eau dans le corps humain), qui se lave avec… Elle revêt depuis longtemps plusieurs aspects dans les croyances et les religions des peuples. Source de vie pour beaucoup, l’eau est indispensable dans la vie quotidienne de l’homme et elle guérit certains maux et maladies.

L’engouement autour de la piscine vient sans doute de ces différentes croyances sur l’importance de l’eau dans la vie de l’homme. Elle associe en quelque sorte plaisir et santé, bonheur et bien-être. Une piscine représente un substitut aux points d’eau naturels comme les lacs, la mer ou encore les oasis. Pouvant être conviviale et faite pour tous les âges, l’idée de piscine réunit autour d’elle des désirs de partager de bons moments tout en offrant à son corps une thérapie à travers l’eau.

Histoire

Étymologiquement, le mot « piscine » vient du latin « piscina ». Ce mot lui-même est venu de « piscis » qui veut dire « poisson », un mot qui reflète bien la première utilité de ce bassin artificiel rempli d’eau. A l’origine donc, le mot désignait les réservoirs d’eau (que l’on nomme viviers) dans lesquels les Romains nourrissaient et entretenaient des poissons de toutes espèces. Et déjà à cette époque, les riches avaient des piscines dans leurs résidences secondaires.

Les premières piscines à usage pour les humains remontent à l’antiquité avec les typiques bains grecs, puis après, les bains romains. Les bassins étaient à l’origine principalement utilisés pour la natation, c’est-à-dire pour s’entrainer. Mais progressivement, l’usage en a fait des lieux de bien-être intéressants pour la pratique sportive et aussi l’hygiène (pour se laver).

Le terme « natation » apparait en 1785 lorsque Barthélemy Turquin ouvre une école sur la Seine avec un bassin flottant alimenté par celle-ci. Les compétitions et le sport de nage reviennent alors au XIXe siècle et s’intensifient au fil des années. Mais c’est aussi au cours de ce siècle que les bains publics, véritables instituts d’hygiène, font leur apparition. Il y était possible de se relaxer, de se laver et également de faire du sport. Tout le monde s’y retrouvait et toutes les classes sociales s’y mélangeaient sans le moindre complexe. Il s’agissait donc d’un espace convivial qui se trouvait le plus souvent en intérieur avec une eau dont la température était modifiée pour être chaude. Évidemment, différents corps de métier s’y sont développés.

Dans les années 1920 à 1930 entre les deux guerres, le nombre de piscines publiques a commencé à augmenter considérablement. Les villes les intègrent dans leurs infrastructures. L’Allemagne en possède alors près de 1400 et est le numéro 1 des pays en disposant. Il a été talonné par l’Angleterre avec ses 800 piscines publiques. En 1924, la première piscine qui n’associe plus hygiène et natation voit le jour (piscine qualifiée de moderne). Et c’est dans les années 60 qu’elle atteint réellement sa forme de piscine telle qu’elle est actuellement apparue. Elle présente d’ailleurs de nouvelles techniques plus modernisées de traitement de l’eau.

Ce n’est qu’au XXe siècle que les piscines font leur apparition dans les foyers et les endroits privés. L’eau n’était que très rarement distribuée dans les lieux privés avant, ce qui explique ce retard. Même la salle de bain est, en guise d’information, une invention du XXe siècle. Les bains publics perdent alors de leur popularité et se transforment peu à peu en ces centres luxueux de balnéothérapie. Il faut croire que la reconversion est réussie avec des thérapies au moyen d’huiles essentielles et bien d’autres. Les saunas, hammams privés et spa ont vu le jour plus tard. Longtemps symbole de luxe et synonyme de réussite sociale, la piscine était le petit bijou des riches propriétaires de fastueuses maisons, un privilège dont peu de monde pouvait avoir accès à cause des coûts de construction et surtout de l’entretien. Mais actuellement avec les nouvelles techniques et les matériaux low-cost, elle se vulgarise encore un peu plus et se retrouve dans de nombreux foyers à revenus moyens.

Pour résumer, la piscine existe depuis l’antiquité même si elle n’avait pas vraiment le même usage que maintenant. Au fil des siècles, elle est passée de bains publics à privilège des riches. Mais il existe néanmoins des moyens peu chers de s’en procurer grâce à des modèles moins prestigieux et moins résistants, mais le plaisir y est quand même.